Dépendance : Point sur la situation des aidants en France Dépendance : Point sur la situation des aidants en France
Sources : Silvereco.fr Les aidants, de par leur rôle de coordinateurs auprès des intervenants professionnels, permettent le soutien à domicile des personnes âgées en... Dépendance : Point sur la situation des aidants en France

Sources : Silvereco.fr

Les aidants, de par leur rôle de coordinateurs auprès des intervenants professionnels, permettent le soutien à domicile des personnes âgées en perte d’autonomie, ou des personnes en situation de handicap.

Néanmoins, ce rôle peut être perçu comme une « charge », tant sur le plan psychique, psychologique que financier. Une attention particulière a été apportée aux aidants dans le cadre de la loi d’Adaptation de la Société au Vieillissement (ASV). Point sur la situation à l’heure actuelle…

Aidants : quézako ?

Les aidants familiaux, également appelés proches aidants ou aidants naturels, sont des proches de personnes en situation de dépendance, qui les assistent au quotidien et coordonnent les différents intervenants professionnels.

Etre aidant signifie assumer, de façon permanente ou irrégulière, la charge d’une personne en perte d’autonomie, quelle qu’en soit la raison : vieillesse, handicap, accident, maladie…
Les services sont multiples : activités domestiques, hygiène et soins, soutien psychologique, démarches administratives, aide aux sorties…

Les situations des aidants sont bien évidemment différentes, en fonction des âges, des degrés de perte d’autonomie et des soutiens mis en place. Pourtant, il y a aussi de nombreux points communs : manque de temps pour soi, manque de repos, risque d’épuisement, érosion des liens sociaux…

L’aidant familial a une lourde charge qui peut avoir des conséquences sur sa vie psychique (perte de moral, stress, troubles du sommeil…), sociale (isolement, éloignement des amis…) et professionnelle.
Il ne faut pas attendre pour agir : il est impératif de pouvoir souffler un peu, prendre du temps pour soi, sans culpabiliser, à travers les loisirs, les sorties, les rencontres…

La Loi d’Adaptation de la Société au Vieillissement en soutien aux aidants

La reconnaissance du statut de proche aidant, tout d’abord

Pour la première fois, une définition de l’aidant est donnée et inscrite dans la loi. Sont ainsi reconnus tous les membres de la famille exerçant ce rôle, mais également les personnes ayant des liens étroits et stables, sans forcément appartenir à la famille.

Le congé de proche-aidant

Par ailleurs, de nouveaux droits sont octroyés aux aidants.
Parmi eux, le « congé de proche-aidant », qui permet aux proches de consacrer du temps à aider une personne en perte d’autonomie depuis le 1er janvier 2017.

Cette mesure élargit les bénéficiaires du congé de soutien familial aux aidants sans lien de parenté avec la personne qu’ils aident et aux aidants de personnes accueillies en établissement.

Il instaure également la possibilité, pour le salarié, de transformer ce congé en période d’activité à temps partiel et assouplit ses modalités d’utilisation en permettant son fractionnement (3 mois renouvelables et fractionnables ; maximum 1 an non rémunéré).

Le droit au répit pour les aidants

La loi ASV a également permis d’instaurer un « droit au répit » pour permettre aux proches-aidants de se reposer et de s’accorder du temps libre, ainsi qu’une aide au répit.

Le plan d’aide APA de la personne âgée peut ainsi être majoré jusqu’à près de 500 euros par an, au-delà des plafonds de l’APA, pour financer par exemple le recours à de l’accueil temporaire en établissement ou en accueil familial ou des heures d’aide à domicile supplémentaires

 

Rédaction

Commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *