Développez votre portefeuille clients TNS et TPE par le conseil auprès des conjoints de chefs d’entreprise! Développez votre portefeuille clients TNS et TPE par le conseil auprès des conjoints de chefs d’entreprise!
Tous les assureurs vous conseillent de prospecter les TNS. Mais, comme vous le savez, vous n’êtes pas le seul sur votre secteur géographique à... Développez votre portefeuille clients TNS et TPE par le conseil auprès des conjoints de chefs d’entreprise!

Tous les assureurs vous conseillent de prospecter les TNS.
Mais, comme vous le savez, vous n’êtes pas le seul sur votre secteur géographique à avoir eu cette idée.
Et si vous partiez à la conquête de ce marché, d’une manière différente de vos concurrents?

En effet, ce marché est majoritairement abordé par l’analyse des besoins du chef d’entreprise.
Or, dans 1 entreprise artisanale sur 2, le conjoint est impliqué dans la vie de l’entreprise et jusqu’à 60% dans les entreprises artisanales de 6 à 10 salariés.  En 2013, l’INSEE recensait 2.177.551 conjoints de TNS dont 71.46% était de sexe féminin avec un âge moyen de 45 ans.

Le Blog du Courtier vous propose quelques arguments pour vous montrer l’intérêt de vous positionner sur ce marché en l’abordant par le statut du conjoint dans l’entreprise.

1ère raison.
C’est important pour le conjoint

En effet, comme le soulignait Laurence Mazelier, présidente du Groupe femme de la FFB d’Eure-et-Loir : “65 % des femmes d’artisans connaissent leurs droits et devoirs. C’est bien trop peu !   La femme doit pouvoir prendre les rênes en cas de décès ou d’invalidité du dirigeant, sans une autre personne qui a la signature, les comptes seront bloqués et les salariés ne pourront pas être payés !”.

Alors, qui mieux qu’un courtier en assurances, expert en protection sociale, peut mener une analyse précise des droits du conjoint du chef d’entreprise et trouver les solutions adaptées à ses besoins.
De plus, au sein des TPE, le conjoint a souvent en charge la gestion quotidienne de l’entreprise, il a donc une vision assez précise des marges de manœuvre financières existantes dans l’entreprise mais aussi au sein du foyer pour permettre la mise en place d’un régime de protection complémentaire.
En charge de la partie administrative de l’entreprise, il y a également de fortes probabilités que votre mailing, emailing ou que votre appel téléphonique ayant pour but de l’informer sur les droits liés à son statut l’intéresse, d’autant que conscient de la précarité de sa situation, très peu de professionnels ont pris le temps d’analyser sa situation.

2ème raison.
Les besoins en termes de prévoyance sont importants.

Un seul exemple peut à lui seul résumer les besoins du conjoint.
Ainsi, en cas de décès du dirigeant d’une entreprise nécessitant une qualification professionnelle, le conjoint collaborateur ayant au moins trois ans de collaboration, peut poursuivre l’activité (en disposant d’un délai de trois ans pour se conformer à la réglementation relative à la qualification professionnelle).
Mais le conjoint collaborateur d’un artisan aura-t-il les moyens de faire face aux nombreux frais liés à la disparition du chef d’entreprise, sans compter la prévisible baisse de chiffre d’affaires.
Les seules prestations du régime obligatoire ne suffiront pas :


Revenu 20.000€

  • Capital
  • Besoin

Revenu 40.000€

  • Capital
  • Besoin

Revenu 60.000€

  • Capital
  • Besoin

Revenu 80.000€

  • Capital
  • Besoin

Protéger le conjoint associé, salarié, collaborateur, c’est prévoir :
– un capital décès qui couvrira plusieurs années de revenus,
– une rente de conjoint qui apportera des revenus réguliers sans prélever sur la trésorerie de l’entreprise,
– une rente éducation pour les enfants mineurs… sans oublier la protection propre du chef d’entreprise en cas d’arrêt de travail, d’invalidité, de couverture des frais généraux…

3ème raison.
Les besoins retraite sont tout aussi importants.

Bien souvent la carrière du conjoint de chef d’entreprise est incomplète et ses droits réduits au moment de son départ en retraite. Par ailleurs, pour un conjoint collaborateur ses prestations vont être étroitement liées aux revenus du chef d’entreprise mais aussi à la cotisation choisie.
Il est donc essentiel de déterminer le meilleur statut pour le conjoint tant au niveau de la situation de l’entreprise qu’au niveau de ses droits sociaux passés et futurs.
(voir l’infographie sur le statut).

En fonction de l’âge et de la carrière professionnelle du conjoint collaborateur,  vous pouvez ainsi recommander un choix de cotisations avec une ventilation optimale entre cotisations sociales minimales et affectation des gains réalisés vers un contrat retraite Madelin.
Dans l’exemple figurant dans notre infographie, une analyse des droits retraite du conjoint associée à une étude retraite complémentaire peut démontrer qu’il serait judicieux à cotisations égales de privilégier un contrat retraite Madelin de 1.850€/an.

imag-09-11

Maintenant.
Passez à l’action !

Première étape, revoyez nos deux infographies :
Quel statut pour le conjoint qui participe à l’activité de l’entreprise ?
Quelle formule de cotisations choisir pour le conjoint collaborateur ?

Deuxième étape, montez une action commerciale !
1° : Identifiez toutes vos entreprises clientes au sein desquelles le conjoint intervient d’une manière régulière.
2° : Préparez un mailing ou un emailing destiné au conjoint du chef d’entreprise en lui proposant de réaliser un audit sur son statut et sa couverture obligatoire.
3° : Prenez votre téléphone et vous allez certainement obtenir les meilleurs taux de rendez-vous jamais obtenus dans votre carrière professionnelle !

Maintenant, vous avez une solution encore plus simple.
Contactez le Groupe Modulassur nous avons l’expertise, les supports commerciaux (mailing, emailing) et les offres pour vous accompagner vers ce nouveau marché…

Rédaction

Commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *