Réforme des retraites 2019 : ce qu’il faut savoir Réforme des retraites 2019 : ce qu’il faut savoir
Au-delà du nouveau système de bonus-malus, plusieurs mesures vont impacter plus ou moins fortement les futurs retraités et leurs ayants droit. Les 5 points... Réforme des retraites 2019 : ce qu’il faut savoir

Au-delà du nouveau système de bonus-malus, plusieurs mesures vont impacter plus ou moins fortement les futurs retraités et leurs ayants droit.
Les 5 points à retenir…

Sources : Les Echos du Patrimoine Roselyne Poznanski | Le 15/11/2018

1. La fin de la garantie minimale de points (GMP)

Plus connue des employeurs que des salariés, la GMP s’adresse aux seuls cadres ou assimilés dont le salaire annuel brut est inférieur à un certain seuil (43.977,84 euros par an) et qui ne peuvent, de ce fait, pas cotiser du tout sur la tranche B (comprise entre 39.732 euros et 158.928 euros pour 2018) ou cotiser insuffisamment pour acquérir un nombre significatif de points Agirc.

Moyennant une cotisation retraite spécifique de 72,71 euros par mois sur la base d’un temps plein (27,60 euros de part salariale + 45,11 euros de part patronale), la GMP leur assurait 120 points Agirc minimum par an.
Avec la mise en place de 2 tranches de cotisation au lieu de cinq auparavant, cette garantie disparaît, ce qui n’est pas une bonne nouvelle.

2. Un point désormais unique

Les points Arrco acquis vont être convertis tels quels en points uniques du futur régime Agirc-Arrco.
Les points Agirc, qui concernent les seuls salariés cadres ou assimilés, vont être transformés en points Agirc-Arrco, avec un coefficient de conversion égal à 0,347791548 qui garantit une stricte équivalence des droits (calculette de conversion en ligne sur Agirc-arrco.fr).

3. Deux tranches de cotisation

Les différentes tranches de cotisation existantes vont être rassemblées :
– la première ira jusqu’au plafond annuel de la Sécurité sociale (39.732 euros pour 2018)
– et la seconde tranche se situera entre 1 et 8 PASS.

4. Un taux d’appel en augmentation

Le taux d’appel des cotisations contribue au financement des régimes Agirc-Arrco, mais ne donne lieu à l’attribution d’aucuns points de retraite.
A partir du 1er janvier prochain, les cotisations seront appelées au taux de 127 % au lieu de 125 %, avec prise en charge à hauteur de 60 % des cotisations par l’employeur et de 40 % par le salarié.

5. La possibilité de percevoir une réversion plus tôt

La pension de réversion qui bénéficie au conjoint (ou à l’ex-conjoint) survivant d’un salarié ou d’un retraité est aujourd’hui attribuée sans condition de ressources dès 55 ans pour les droits Arrco, mais à partir de 60 ans pour les droits Agirc (tranche B ou C).
Pour les décès qui vont intervenir à partir du 1er janvier prochain, l’âge minimal pour percevoir une telle pension est ramené à 55 ans.

Rédaction

Commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *