Connect with us

Non classé

Le 100% Santé. Encore mal connu des Français.

Publié

le

La Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) vient de publier une étude
sur la connaissance du dispositif « 100 % santé » et l’intention d’y recourir.
Et force est de constater que le dispositif, mis en place depuis le 1er janvier 2021 dans le but de réduire le reste à charge des ménages,
notamment celui des plus modestes, ne parvient pas vraiment à atteindre ces personnes.


LIEN DREES
TELECHARGER L’ETUDE


LA CONNAISSANCE DU PANIER DE SOIN

Fin 2021 :
– 53 % des Français déclarent avoir entendu parler du panier 100 % santé
– 18 % disent savoir précisément qui peut en bénéficier,
– 25 % pensent ne le savoir qu’approximativement et
– 10 % en ont entendu parler, mais sans savoir précisément qui peut en bénéficier.

Les personnes les plus au fait de cette mesure sont : 
– les femmes (58 % en 2021),
– les plus diplômés (60 %),
– les personnes âgées de 46 ans ou plus (60 %)
– chez les plus modestes, la moitié déclare connaître ce dispositif en 2021.

AUTRES INFORMATIONS

  • La connaissance du 100 % santé est associée au rapport des enquêtés à la santé

Les personnes soucieuses de leur santé comme de celle d’autrui sont les plus informées au sujet de la politique du 100 % santé : la connaissance de cette mesure apparaît plus élevée parmi les personnes qui se déclarent très préoccupées par la santé des Français (61 %) que parmi celles qui le sont peu (44 %) ou pas du tout (41 %).
En ce qui concerne leur situation personnelle, 65 % des Français qui se jugent en mauvaise ou en très mauvaise santé ont entendu parler de cette réforme, contre 49 % de ceux qui se jugent en très
bonne santé

  • Un Français sur deux ayant besoin de lunettes, de prothèses dentaires ou d’un appareil auditif envisage de recourir au 100 % santé

Quatre Français sur cinq font part d’un besoin dans au moins un des trois domaines couverts par le 100 % santé au cours des douze mois qui précèdent l’enquête : 63 % des Français déclarent avoir eu besoin de lunettes ou de verres, 73 % de soins dentaires et 24 % d’un appareil auditif.
Parmi ceux qui ont eu besoin de lunettes ou de verres, 7 % déclarent avoir dû y renoncer pour des raisons financières. Ils sont 6 % dans ce cas lorsque le besoin concerne un appareil auditif et 14 % pour ce qui est des soins dentaires.

  • Des intentions de recours particulièrement élevées chez les plus vulnérables

La réforme du 100 % santé a été mise en place dans l’objectif de réduire les dépenses de santé de la population, en particulier des plus vulnérables, dans des domaines caractérisés par des restes à
charge élevés.
De fait, les personnes ayant de faibles ressources, celles qui se sentent en mauvaise santé ou encore celles qui jugent leur reste à charge en santé trop élevé déclarent plus souvent que les autres avoir l’intention de recourir à ce dispositif.
Quel que soit leur niveau de vie, trois Français sur dix jugent ne pas avoir besoin d’un équipement du type de ceux proposés par le panier 100 % santé (graphique 4).
En revanche, ceux qui en ont besoin apparaissent d’autant plus enclins à se tourner vers ce dispositif qu’ils ont de faibles ressources

Parmi les 20 % les plus modestes, une personne sur deux envisage ainsi d’en bénéficier, contre une sur cinq parmi les 20 % les plus aisés.
Ces derniers se tournent moins systématiquement vers le 100 % santé :
– 35 % d’entre eux supposent leurs revenus trop élevés pour y être éligibles et 13 % estiment que les équipements proposés ne leur conviennent pas.
Finalement, les intentions de recours au panier 100 % santé passent de 72 % parmi les 20 % les plus modestes à 28 % parmi les 20 % les plus aisés. Outre un pouvoir d’achat plus
élevé, ces derniers ont généralement des complémentaires santé qui prennent mieux en charge ce type de biens.

 

Poursuivre la lecture
Pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles les plus lus